Derniers sujets
» Pincipale maladies du gibier (source FDC84)
par Frédo13 Hier à 12:24

» Un sacrifice pour les bleus
par Frédo13 Hier à 12:20

» mon plus beau sanglier à l'arc
par Frédo13 Hier à 12:16

» Il a du mal à tomber celui là
par Pascal Mar 17 Juil 2018 - 21:48

» Wolverine VS sus scrofa
par Estève Jeu 12 Juil 2018 - 10:34

» Entre les orages...
par rahan Ven 29 Juin 2018 - 16:26

» Sanglier courant
par nico13 Mer 27 Juin 2018 - 8:42

» charge d'un rag !!!
par Pascal Mar 26 Juin 2018 - 0:01

» mon premier grand gibier
par devron Lun 25 Juin 2018 - 19:13

» La vallée des loups
par Ludcool Jeu 21 Juin 2018 - 15:09

» Chasse dans le Gers
par Ludcool Jeu 21 Juin 2018 - 6:42

» installation affût
par nico13 Lun 18 Juin 2018 - 7:12

» week end à Sahune
par scarfo gregoire robert Dim 17 Juin 2018 - 23:26

» La chasse du lapin dans Paris
par Pascal Dim 17 Juin 2018 - 8:37

» Tir d'un daim
par scarfo gregoire robert Jeu 14 Juin 2018 - 18:58

» Un extrait de l'émission très chasse
par Ludcool Mer 13 Juin 2018 - 6:58

» Orage en Beauce
par Ludcool Mer 13 Juin 2018 - 6:42

» aussitôt arrivé aussitôt dépucelé
par Frédo13 Lun 11 Juin 2018 - 19:44

» Pas pour cette fois-ci
par Pascal Mer 6 Juin 2018 - 22:51

» week end de folie
par Pascal Lun 4 Juin 2018 - 20:51

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 10 le Sam 27 Jan 2018 - 13:10
Galerie



Chasser à l’arc, non… à la flèche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chasser à l’arc, non… à la flèche

Message par Ludcool le Mer 21 Fév 2018 - 7:19

Article de chassons. Com
Du 30 septembre 2017

Chasser à l’arc, non… à la flèche

GAZETTE DE L'ARCHER

Les chasseurs comparent leurs arcs, traditionnels ou à mécanismes, leurs puissances, leurs avantages et inconvénients… Pourtant, aucun gibier ne sera jamais tué avec un arc !!! Eh oui, c’est à la flèche qu’on demande d’être efficace, et c’est loin d’être aussi simple et évident qu’il n’y parait !!! Prenons une comparaison : pour planter un clou, il ne sert à rien de taper comme un malade avec son marteau… Si le coup est légèrement en biais, le clou ne rentre pas et se tord… En revanche, si le marteau est bien guidé, le coup bien dans l’axe, inutile de faire un effort, et le clou rentre jusqu’au bout ! Idem pour un club de golf, une raquette de tennis, ou un cheval : en force, les résultats sont rarement convaincants !!!

Pour chasser à l’arc, c’est la même chose : il ne sert à rien d’avoir un arc puissant, il faut avant tout que la flèche vole droit. Et même si ça parait évident, ça ne l’est vraiment pas : depuis 27 ans que je tire et chasse à l’arc, avec de nombreuses implications associatives et professionnelles dans ce milieu (et des milliers d’archers rencontrés), je n’ai pas rencontré plus de 3 ou 4 chasseurs à l’arc équipés correctement… Et encore, ça ne concernait pas l’intégralité de leurs arcs, mais quelques-uns seulement…

Une flèche qui vole droit, et qui donc touche son but bien dans l’axe, c’est tout simplement la garantie que toute la masse arrière « poussera » la pointe ou la lame de toute son inertie : si la flèche est en biais, même très légèrement, elle se pliera sur la côté et « fouettera » jusqu’à parfois se casser à l’impact (cible ou gibier), sans aucune pénétration…

Tout simplement inadmissible pour la chasse, non ? Surtout quand la cause n’est à l’évidence pas du tout l’efficacité de l’arme, mais tout simplement l’inadaptation du projectile aux besoins réels de son utilisateur.

En abordant ce sujet, tous les chasseurs à l’arc que je rencontre me répondent toujours la même chose : « mes flèches volent droit, ça ne fait aucun doute… » J’ai même droit à un petit sourire compatissant (moqueur ?).

Il suffit alors de leur demander s’ils ont déjà tiré un ragondin ou une cible en faisant passer leur flèche dans une petite « fenêtre de tir » dans les branchages ou les roseaux, à 2 ou 3 mètres devant l’arc : « Euh… ben ma flèche est partie dans tous les sens et je ne l’ai pas retrouvée… pourtant j’avais 20 centimètres de large pour faire passer ma flèche… »

Et là, le sourire change de lèvres, et je réponds : « Ah bon, vos flèches volent droit, pourtant avec 20 centimètres pour passer, elle touche… Pourtant, elles sont censées voler droit ?!!… Peut-être pas tant que ça… »


Encore récemment, un chasseur passionné et avérése plaignait d’avoir perdu un sanglier et un cerf dans la même semaine, pourtant tirés avec un arc compound très performant, et d’une puissance largement suffisante : 5 heures de travail plus tard, le même arc et le même chasseur sont repartis sur le terrain… avec à la clef un seul reproche, celui de ne pas pouvoir garder les flèches en souvenir, parce qu’elles traversaient le gibier et qu’il ne les retrouvait pas pour poser avec sur la photo souvenir !!!

Même arc, même puissance, même archer : la seule différence, c’est une flèche qui volait bien droit… Les précédentes touchaient bien au bon endroit (réglage de la précision du tir), en revanche, elles ne volaient pas droit (réglage de la qualité du vol).

Quelques explications pour comprendre très simplement pourquoi :

Une flèche, c’est tout simplement une grande « tige » plus ou moins souple

Quand l’arc pousse cette « tige » par l’arrière, cette « tige » se tortille systématiquement

Plus la flèche est longue, plus elle se tortille

Plus la pointe est lourde, plus la flèche se tortille

Si la flèche se tortille trop, elle part en biais

Si la flèche est trop raide, elle ne se tortille pas assez, et donc elle part aussi en biais !


Effectivement, l’idée qu’on peut se faire de la flèche qui vole tout droit est largement remise en question : c’est d’ailleurs pour ça qu’on a inventé l’empennage !

Ces plumes, naturelles ou en plastique, remettent l’arrière de la flèche « en ligne » quand elle vole... oui mais en vol seulement, donc après le départ de l’arc : autrement dit, ça n’empêche pas la flèche de partir en biais, avant que ces fameuses plumes ne la remettent plus ou moins dans l’axe, souvent après un vol de 10 à 15 mètres… donc à la chasse, une flèche qui arrive en biais, et au mauvais endroit…

Et viendrait-il à l’esprit d’une seule personne, même novice en archerie, de monter les plumes à l’avant de la flèche ? Bien-sûr que non, il est évident qu’avec cette voilure sur l’avant, la flèche serait bien incapable de voler correctement…

Oui mais, une lame de chasse, ça se monte où ? Sur l’avant de la flèche, bien-sûr Et une lame de chasse, c’est une véritable aile d’avion, avec les mêmes conséquences qu’un empennage : cette lame, cet empennage, est donc bien montée sur l’avant de la flèche…

Le chasseur à l’arc doit donc obligatoirement utiliser une flèche avec un empennage sur l’avant!

C’est tout simplement pour ça que le moindre défaut d’alignement de la flèche au départ provoque des conséquences absolument désastreuses pour un chasseur à l’arc (alors qu’un tireur de cible, avec ses flèches bien profilées à l’avant, ne s’aperçoit de rien et touche son but sans avoir à se soucier du vol de sa flèche !). D’ailleurs, c’est ce phénomène qui a poussé certaines firmes à inventer les lames mécaniques (ou articulées) : à l’impact, la lame se déplie, alors que pendant le vol de la flèche, sa forme repliée ne présente pas de surfaces qui peuvent générer un planage et donc un déviation de la flèche… Il n’en reste pas moins que ces lames, même les meilleures, sont délicates et fragiles, et donc à utiliser avec discernement (beaucoup d’utilisateurs en reviennent souvent, après de cuisants déboires…).

Revenons à notre flèche de chasse : au contraire d’une flèche destinée à une cible, notre chasseur doit donc porter un soin tout particulier à son projectile, afin de lui garantir un vol absolument parfait, sous peine de perdre non seulement en précision (mauvaise atteinte sur le gibier, malgré une visée qui est bonne, donc inadmissible), mais aussi en pénétration (flèche inefficace, donc blessure, donc inadmissible).

Il faut distinguer 2 cas :

L’arc à mécanismes (compound) : un spécialiste pourra régler son fonctionnement afin de vous garantir un bon vol de flèche (sur ce type d’arme, c’est la mécanique qui fixe l’allonge, donc la longueur de flèche et la réaction dynamique du projectile, qui restent absolument invariables, sous réserve bien-sûr d’utiliser toujours exactement la même flèche, coupée à la même longueur, et avec le même poids de pointe et le même empennage)

l’arc traditionnel (recurve, longbow ou hybride) : il est impossible qu’une tierce personne puisse déterminer la flèche pour votre compte (sur ce type d’arme, c’est l’archer qui détermine l’allonge en tirant plus ou moins sur la corde, et donc en faisant varier presque à coup sûr la puissance de l’arc, l’allonge, la manière de poser les doigts sur la corde et de décocher, donc en faisant varier d’autant la réaction dynamique de la flèche, qui devient impossible à déterminer pour le compte d’une personne autre que l’utilisateur lui-même)

N’oubliez jamais, comme nous l’évoquions dans le précédent article, que le matériel et les conseils destinés aux archers sont naturellement orientés sur le tir sur des cibles (très peu de chasseurs à l’arc, proportionnellement à la quantité d’archers sportifs dans le monde, donc productions orientées en masse vers le marché le plus important !).

Et ça reste malheureusement très vrai pour le choix d’une flèche : pour un arc compound, les tables de tir sont approximatives, mais peuvent convenir dans 80% des cas ; en revanche, les choix proposés pour des arcs traditionnels sont faux à 90%… Pavé dans la marre, qui va faire grincer bien des dents, mais je le vérifie tous les jours (et ce ne sont pas les archers qui ont découvert cette vérité, de plus en plus nombreux, qui me contrediront, bien au contraire !).

Pour être certain d’utiliser la bonne flèche, il suffit de faire un test très simple : tirez votre flèche de chasse sur une feuille de papier très fin, tendue à 1 mètre devant vous, et regardez la forme de la déchirure de la flèche au travers de ce papier (attention bien-sûr à avoir une cible en arrière-plan, pour que votre flèche se plante en toute sécurité !).

Si votre flèche convient à vos besoins, le papier ne doit présenter qu’un trou parfaitement rond (preuve que l’arrière de la flèche vole bien dans l’axe de la pointe) ; si au contraire le trou est ovale, ou même si la déchirure est un trait de plusieurs centimètres de longueur, c’est que votre flèche sort complètement en biais de votre arc (ne riez pas, c’est presque toujours le cas sans un travail approfondi, que l’arc soit un compound ou un traditionnel). Et dans ce cas, hors de question de sortir ce matériel à la chasse : mauvais tirs et inefficacité garantis !!!

Si jamais c’est le cas avec votre matériel, il faut vous rapprocher d’une personne compétente pour trouver la solution qui vous correspond (rigidité et longueur de la flèche, poids de la pointe, optimisation du fonctionnement mécanique de l’arc, plus facile si c’est un compound, plus complexe si c’est un arc traditionnel, qui réclame non seulement d’avoir l’archer avec soi, mais aussi d’avoir une très solide expérience et une analyse juste de la situation…).

Attention, certains « experts » prétendent pouvoir analyser la forme de la déchirure pour déterminer si la rigidité de la flèche doit être revue à la hausse ou à la baisse, ou s’il faut régler telle ou telle partie de l’arc… Il faut encore une fois distinguer le cas selon le type d’arc utilisé :

sur un arc compound, la déchirure peut parfois permettre de déterminer les choix à faire pour la flèche et l’optimisation du fonctionnement mécanique de l’arc (même si souvent, on obtient exactement l’inverse de l’analyse du soi-disant « expert » qui distille ses conseils…)

sur un arc traditionnel, il est tout simplement impossible de déterminer ces choix d’après la déchirure !




Concluons avec un peu de bon sens et de simplicité : n’oublions pas qu’il existe encore de rares peuplades primitives qui survivent en tuant à l’arc des perroquets ou des petits singes, à 30 mètres de haut, en faisant passer leurs flèches à travers de nombreux branchages…

Pas d’ordinateur, pas d’internet, pas de forum ni de boutique spécialisée pour les conseiller, et pourtant ils réussissent des tirs que nous autres, « civilisés« ,n’arrivons pas à exécuter malgré tout notre attirail moderne et notre « connaissance technique« …

Quelle différence entre eux et nous ?

Très simple : ils n’achètent pas leur matériel, ils le fabriquent, et si ça ne marche pas, ils prennent le temps d’en refaire jusqu’à trouver ce qui marche…

Si ça ne marche pas, ils ne mangent pas, et ils meurent… Quant à nous, si ça ne marche pas, nous n’y laissons pas notre vie : tout au plus nous regrettons que notre passe-temps ne nous comble pas à la hauteur de nos espérances…

Et on achète autre chose… Puis autre chose… Puis…

Il suffit pourtant d’un peu de bon sens, pour non seulement atteindre toute la satisfaction recherchée (le tir à l’arc devient vraiment facile quand les flèches volent vraiment droit !), mais aussi pour ne pas risquer de blesser le gibier chassé !

Alors n’oubliez jamais : ce n’est pas à l’arc que vous chassez, mais à la flèche !!!

Vincent Lalande

Archerie Diffusion


_________________
Ludo
avatar
Ludcool

Messages : 203

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum